Théâtre participatif - Des maux en actes


Jean-Benjamin Jouteur




4e de couverture :
Le théâtre d’intervention sociale est outil de dialogue qui amène les participants à vivre des expériences imaginées mais réalistes (jeux de rôle, saynètes reconstituées, situations vécues). L’un des objectifs de cette technique est de proposer aux participants un chemin expérientiel de transformation et de croissance en favorisant tout à la fois les ressources personnelles de chacun et celles du groupe.
Se lisant à la façon d’un témoignage, le récit s’inspire d’événements vécus, non pas lors d’une seule séance mais au cours d’un grand nombre de représentations. Tout en racontant en détail (et parfois avec humour) le déroulement complet d’une journée de représentation assortie de quelques anecdotes, l’auteur propose une approche de la méthode qu’en 25 années de tournées de scènes participatives, il a mise au point. Cet ouvrage s’adresse aux comédiens, metteurs en scène, animateurs, éducateurs… mais aussi à toute personne intéressée par la pratique du théâtre outil par les techniques d’animation.


Mon avis :
Voilà que je sors complètement de ma zone de lecture pour vous parler non pas d’un roman, mais d’un livre à la fois témoignage et méthode de travail…
« Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? » se diront ceux qui savent leurs classiques.
Et bien ce dont parle ce bouquin, je le connais ! Et quand je dis : « je le connais », je veux dire que je sais de quoi il parle pour l’avoir expérimenté. Ce travail, je l’ai fait. Et pas ailleurs, mais dans la compagnie dont il est question ! J’en étais l’un des comédiens, et j’ai joué certains des personnages ici évoqués. En compagnie de l’auteur.
L’homme de théâtre n’est jamais loin de l’homme de plume. Ils ont en commun l’amour du texte. Cependant, Théâtre participatif – Des mots en actes n’a pas vocation a être une œuvre littéraire. D’ailleurs, c’est expliqué en quatrième de couverture, il s’agit d’un ouvrage visant à décrire une méthode de travail − le théâtre participatif − et la façon dont elle a évolué en vingt-cinq ans de représentations. Mais cela n’en fait pas un recueil technique plus ou moins barbant qui s’adresserait aux seuls gens de métier, même si, sans doute, ceux-là seront les premiers intéressés. Dans cette publication, Jean-Benjamin Jouteur nous raconte une journée parmi d’autres, en l’émaillant de quelques digressions inspirées par des situations rencontrées ce jour-là, ou un autre, puisque cette journée est en vérité un assemblage de souvenirs glanés au fil des années, des représentations, des rencontres.
Évidemment, je ne suis pas un lecteur impartial ni détaché, puisque certaines de ces scènes, je les ai vécues et toutes me parlent directement à l’oreille, ou à la mémoire. J’ai donc un peu de mal à imaginer l’impact de ce texte sur un lecteur « lambda », mais quoi qu’il en soit, ce dernier sera sans nul doute obligé de reconnaître que ce récit est vivant, que les situations décrites sont accrocheuses et que le côté « technique » de la chose et les considérations professionnelles sont parfaitement intégrés et se partagent l’espace (la scène) avec l’humour et l’émotion. Cela donne un témoignage à la fois fort et instructif qui se lit avec plaisir. Qu’on soit professionnel dans le monde de l’éducation ou celui du théâtre, ou simplement curieux, on passe un bon moment tout en découvrant non seulement un outil pédagogique, mais aussi une vision personnelle et engagée sur ce métier.

Aucun commentaire: