Nous rêvions juste le liberté


Henri Lœvenbruck





4e de couverture :
Providence, le grand nulle part.
La bande d’Hugo, dit Bohem, s’englue dans un avenir opaque. Pour s’en affranchir, vivants et libres, ces rêveurs intrépides entreprennent une traversée du pays qui n’épargnera rien ni personne. Guidant leur devoir d’insoumission, trois valeurs tutélaires : loyauté, honneur et respect.
Sur la route, Bohem et les siens feront l’expérience de la vie, splendide et décadente. À la fin du voyage, au bout de l’initiation, un horizon : la liberté.
« Jusqu’où iriez-vous par amour de la liberté ? »


Mon avis :
Nous rêvions juste de liberté est sans aucun doute le roman le plus captivant que j’ai lu durant cette année 2017. L’histoire vous choppe dès la première page et vous embarque sans jamais vous lâcher vers un dénouement qui vous laissera K.O. debout. Certes, le choix d’une narration à la première personne donnera peut-être de l’urticaire aux plus radicaux de nos académiciens : le conteur est issu d’un milieu modeste et ne fait pas de l’éducation ou de la culture une priorité. Son langage est celui de la rue, avec ses codes qui n’appartiennent qu’à la bande, ses approximations syntaxiques… sa grammaire est en haillon, mais elle accouche d’une poésie brute, viscérale, de celle qui balance des images comme des pavés dans la gueule des flics ou des bourgeois, de toute cette société qui veut enfermer, canaliser, étiqueter, normaliser…
Nous rêvions juste de liberté gronde et vibre comme ces Harley et leurs bicylindres en V qui sont à la fois vecteur et symbole de cette liberté que cherchent désespérément Hugo et ses potes quand un présent sans avenir les propulse sur les chemins, avec la rage de vivre comme moteur et une vague chimère pour objectif. Mais la route a-t-elle une fin ? Si certains s’arrêtent un jour dans un coin ni plus beau ni plus laid qu’ailleurs, Bohem est de ceux qui veulent rejoindre l’horizon, plus loin, toujours plus loin…
Grisant comme une longue balade en moto, ce livre est écrit de fureur et d’espoir, d’amitié et de trahison, de rires et de pleurs. Quand d’un coup de talon, vous déplierez la béquille et refermerez la dernière page, l’odeur de moteur chaud et les cliquetis du métal qui refroidit vous accompagneront encore longtemps, et malgré la fatigue du voyage, vous regretterez déjà de vous être arrêté, parce que vous le savez, la liberté n’existe que dans le mouvement.

Aucun commentaire: