Mémorial tour

Chris Simon



4e de couverture :
Le devoir de mémoire de la Shoah nous protège-t-il contre la barbarie ?
Un couple sans histoire part en voyage organisé, une surprise que fait Patrice à sa femme Hélène.
Un matin, deux hommes viennent les chercher. Dans le véhicule qui les emmène jusqu’au lieu de départ, ils font la connaissance d’un couple plus jeune.
Après l’enregistrement, le couple attend sur un quai avec quelques centaines d’autres voyageurs alors que les organisateurs ont disparu… Le train entre gare, les couples restent muets devant l’arrivée des wagons plombés… Le voyage dans les ténèbres ne fait que commencer…
« Un roman au-delà de l’aventure, de la télé-réalité. Du tourisme noir et de la science-fiction qui se lit comme un thriller. »


Mon avis :
Eh bien, mes amis ! Quel cauchemar ! Non, pas la lecture de ce livre, bien au contraire, mais ce que vivent les personnages qui ont eu la malencontreuse idée de s’offrir une semaine de vacances sur les traces d’une des plus douloureuses tragédies de notre histoire : la Shoah et ses camps de la mort.
Ils ont voulu des sensations fortes ? Ils vont en avoir ! Et si l’on plaint Hélène, qui s’est retrouvée embarquée bien malgré elle dans cette extravagante histoire, on ne peut que s’interroger sur les motivations qui ont poussé chacun des passagers à partir pour ce voyage hors du commun. Et c’est bien là le but de l’auteure…
Chris Simon, à travers ce court roman qui réussit à nous plonger dans l’horreur d’une plume légère, bien que terriblement acérée, soulève une question fondamentale sur le devoir de mémoire. Sans pour autant le remettre en question. Témoigner de la folie des hommes, de leurs folies les plus meurtrières, est essentiel pour que les générations suivantes ne reproduisent pas les mêmes erreurs. Mais à quel prix ?
Ce qui devrait être endroits de réflexions, moment de recueillement, a été récupéré par une société mercantile qui dénature l’idée même du souvenir, envoyant les touristes en horde piétiner ces lieux marqués par la douleur. Oh ! Bien sûr, certains de ces visiteurs ont l’alibi culturel ou familial en bandoulière, un besoin de mieux connaître le passé, un grand-père déporté ou fusillé… mais combien ne viennent chercher qu’un frisson un peu malsain, ceux-là mêmes qui ralentissent à l’approche d’un accident, espérant apercevoir un peu de sang, un mort peut-être, pour mieux se sentir vivant.
Au regard de cette société qui se replie sur elle-même et, de plus en plus en ces temps de récession, tourne ses oreilles vers le genre de discourt qui nous a déjà menés vers l’horreur par le passé, on peut se demander si ces marchands de tourisme noir ne participent pas à une banalisation des atrocités plutôt que d’en faire un rappel salutaire…
Mémorial tour devrait être lu par tous, étudié à l’école, aussi bien pour la qualité d’écriture de Chris Simon que pour la portée philosophique de son contenu, car aujourd’hui plus que jamais, il est important de se demander ce que nous faisons de l’histoire, de la mémoire collective que devrait nous enrichir humainement plutôt que devenir un produit marketing générant des profits pour quelques entrepreneurs sans scrupules.

C’est un breuvage un peu amer, certes, mais terriblement bénéfique.

Aucun commentaire: