Magmat

Frédéric Soulier (auto-édité)




Pas de 4e de couverture. Résumé pris sur Amazon.
Par une nuit caniculaire, le P-DG d’une grande entreprise disparaît, vraisemblablement enlevé par la fenêtre de son bureau situé au quatrième étage. Peu après, on retrouve des parties de son corps démembré, semées le long d’une nationale. Un itinéraire macabre que vont suivre les détectives Blau et Tormaker, qui conduit au cœur des montagnes et de l’horreur.


Mon avis :
L’histoire commence comme un roman policier et se poursuit ainsi presque tout du long, mais le final est totalement imprévisible et nous entraîne loin du classique polar. L’action se passe à la fin des années soixante, dans un pays qui a connu l’horreur de la guerre et des systèmes totalitaires, dans une société à peine remise de ces atrocités. Et qui en a connu d’autres, d’ordre industrielles, celle-là. L’enquête, qui commence par une disparition peu banale, conduit les deux détectives dans l’arrière-pays paumé, un village où a eu lieu une catastrophe écologique quelques années plus tôt. Une explosion dans une usine fabriquant des pesticides a contaminé la nappe phréatique et la population locale. Dans les mois qui suivirent, de nombreux enfants sont nés difformes. C’est parmi ces « monstres » que se trouve le cœur de l’énigme.
J’ai lu ce court roman d’une seule traite, et dans l’ensemble, il m’a plutôt enthousiasmé. Le final, en particulier, m’a vraiment séduit par son total décalage avec l’histoire policière. En revanche, j’ai été un peu dérangé par l’emploi de certains mots tellement inusités qu’ils semblent sortis d’un dictionnaire des synonymes du début du vingtième siècle. Si parfois, on peut y trouver une raison d’être par la profession du personnage qui les emploie, d’autres fois, dans la bouche du narrateur, ils donnent l’impression du travail un peu trop recherché de l’élève qui veut plaire à son professeur. À trop vouloir faire bien, on en oublie la simplicité. Vous êtes avertis, gardez un dictionnaire à portée de main !
Malgré cela, Magmat est un excellent roman pour lecteurs avertis n’ayant pas peur de plonger dans l’horreur. Si vous avez le cœur bien accroché, n’hésitez pas une minute de plus, ce petit texte vous fera passer un très bon moment.

Aucun commentaire: