Le choix d'Hélène


Lou Desmurs
Auteur auto-édité


 

4e de couverture :
De fortes perturbations agitent les hommes qui croisent Hélène.
Pour Alexandre qui s’ennuie en regardant sa vie se terminer, serait-elle la possibilité d’un dernier amour ?
Pour Pierre, serait-elle l’objet d’un désir capable de remplir son besoin d’absolu ?
Et Ludovic saura-t-il partager sa vie avec elle et se montrer à la hauteur ?
Trois hommes dont le récit cherche à capter les nuances, les vérités alors que la présence d’Hélène agite leur quotidien et les révèle à eux-mêmes.
Mais quel sera le choix d’Hélène ?
Pendant une année, la chronologie amoureuse passe d’étape en étape, suivant la courbe inexorable qui mène des rencontres aux dénouements.
Une année où les dérèglements climatiques scandent les saisons et accompagnent les émotions.


Mon avis :
L’écriture de Lou Desmurs a ceci en commun avec Hélène, son héroïne : il suffit d’un regard pour tomber sous le charme… Il ne m’a fallu que quelques lignes pour être séduit. Elle a cette impudeur subtile d’une robe légère dans un contre-jour, donnant, par sa subjectivité, plus à voir qu’un corps nu sous une lumière crue. Ce n’est pas au regard qu’elle s’adresse, mais à l’émotion.
Avec la délicatesse d’une aquarelliste, Lou Desmurs peint en transparence les mille nuances du sentiment amoureux, avec ses tons variant, comme les feuilles des arbres, selon l’essence et la saison. Mais c’est plus que cela. D’abord, on est attiré par ce qui saute aux yeux : c’est beau ! Puis on s’attarde, irrémédiablement captivé, et l’on découvre que ce n’est pas seulement beau, c’est aussi profond, intelligent.
Tout tourne autour d’Hélène, et pourtant, on ne la découvre qu’en négatif (dans le sens photographique du terme), sous le regard des hommes. Ces hommes, ce sont Alexandre, vieux monsieur veuf et solitaire, Ludovic, jeune journaliste célibataire, ambitieux, mais sans talent, Pierre, cinquantenaire égoïste, en rupture de couple… Hélène, on ne l’entend pas, mais sa présence intense met en exergue la relation de chacun avec ses propres désirs, ses pulsions, la façon dont il comprend et vit ses sentiments. Et puis, en contrepoint, il y a la voix de Claudia, la femme d’Alexandre, qui jette un éclairage féminin sur les difficultés des hommes à exprimer leurs émotions, sur l’apparente fragilité des femmes, et la mutuelle incompréhension qui peut résulter des rôles que l’on s’impose, inhérents à notre culture, à notre éducation et à tous les non-dits qui sont autant de faux pas dans notre existence.
Le choix d’Hélène n’est pas une romance, c’est un livre inspiré sur l’Amour et les sentiments. Un livre à mettre entre toutes les mains, qui séduira le lecteur tant par la qualité de l’écriture que par le regard bienveillant que porte l’auteur sur les fêlures de ses personnages dans lesquels chacun se reconnaîtra.
Moi, en tout cas, je crois bien que je suis tombé un peu amoureux d’Hélène. Ou de Lou ! Je ne sais pas trop…
Enregistrer un commentaire