L'Athlète

L'athlète, de Knut Faldbakken



Les Vikings n'ont pas réussi à envahir la France, quelques siècles plus tard, les auteurs venus du froid ont conquis la littérature policière et trustent les rayons de nos librairies. Aujourd'hui, j'ai l'impression qu'il y en a un derrière chaque flocon de neige ! Mais ce n'est pas pour me déplaire.

En voici encore un que je ne connaissais pas encore : Knut Faldbakken. C'est à travers son roman L'athlète que je le découvre. (Traduit du norvégien par Alex Fouillet)


4e de couverture :

« Le mort avait plus de 70 ans. D'étranges traces laissent à penser qu'on a abusé de son cadavre. Deux femmes, l'une particulièrement naïve et l'autre visiblement folle, assurent qu'il s'agissait de leur fiancé. Étonnant, dans cette paisible bourgade norvégienne ! Et l'inspecteur Valmann découvre que personne ne sait d'où vient cet homme. Ni comment expliquer la présence de toiles de maîtres chez lui…

Né à Oslo en 1941, Knut Faldbakken à fait des études de psychologie avant de se tourner vers l'écriture. L'athlète est son premier roman policier. »

Mon avis :



Je ne vais pas tergiverser, selon mon barème perso, c'est un cinq étoiles sur l'échelle du plaisir. Une belle écriture (un coup de chapeau en passant au traducteur), une histoire solide, des personnages réjouissant… C'est déjà une bonne réunion d'ingrédients pour faire un bon roman. Ajoutez à cela une touche d'humour noir que vient pimenter l'extravagance de certains des protagonistes et vous obtenez L'athlète.

L'inspecteur Valmann, un flic presque quinquagénaire amoureux de sa jeune collègue, un peu réfractaire aux nouvelles technologies qui commencent à envahir le métier (l'action se passe au début des années 90), est un contemplatif. Il avance à son rythme au milieu de l'agitation créée par les événements qui secouent cette petite ville tranquille de province. Mais c'est un opiniâtre. Quand il a flairé une piste, rien ne le fait dévier. Et il lui faudra toute sa patience et sa persévérance pour démêler le fil de cette histoire. Et Dieu sait qu'elle est compliquée. Et inhabituelle, vu l'âge de la victime et des principaux suspects…

La vieille fille obsédée par le sexe, son amie un peu simplette, toutes deux chapeautées par une femme aux mobiles obscures… On plonge avec délice dans cette ambiance un peu tordue, où le passé resurgit violemment, ravivant de vieilles blessures, les mêmes qui ont façonné ces personnages hors du commun.

Bref, pour moi, ce roman sorti en 2004 (2009 pour la version française) est une réussite. Si vous ne connaissez pas Knut Faldbakken, je vous le conseille fortement.

Aucun commentaire: