L'affaire Jésus

Andreas Eschbach

Traduit de l’allemand par Pascale Hervieux



4e de couverture :

S’il vous était donné d’assister en personne à la crucifixion de Jésus, chercheriez-vous à le sauver ?
Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie ! Car le temps est proche…
Quelle conscience torturée habite l’adolescent nourri depuis son enfance aux dogmes d’intégristes hallucinés ? Demandez à Michael Barron, le fils d’un multimilliardaire américain fervent soutien des organisations évangéliques les plus radicales.

Son père Samuel s’est emparé de la mystérieuse vidéo où apparaîtrait Jésus au premier siècle de notre ère, témoignage qu’un voyage dans le temps à bel et bien eu lieu. Mais ce n’est pour Samuel Barron qu’une étape dans une entreprise colossale mûrie de longue date et dont le but n’est rien moins que de se faire l’instrument du Tout-Puissant et de hâter l’accomplissement du la prophétie.

Voici l’histoire de Michael et de ceux qui vont croiser son périple à travers les boucles du temps, non pas la suite de Jésus vidéo mais son double étroitement imbriqué. Dans ce thriller apocalyptique, l’auteur dresse le constat d’une société rongée par les fous de Dieu version chrétienne.

Mon avis :

Classé dans la catégorie science-fiction, ce livre pourrait tout aussi bien rejoindre le rayon des thrillers. On peut même lui trouver un petit goût de roman d’espionnage. Bien sûr, on y parle de voyage dans le temps, mais ce n’est pas l’essentiel du propos. D’ailleurs l’histoire se déroule de nos jours… La trame repose sur la façon dont un homme puissant va intriguer pour influencer l’avenir et tenter de le faire correspondre à sa vision du monde, et comment ses choix vont se répercuter sur la vie d’autres gens embarqués volontairement ou malgré eux dans cette Affaire Jésus.

Malheureusement, la classification par genre va éloigner de cet ouvrage tous ceux qui sont réfractaire à la science-fiction. Personnellement, je trouve ça assez désolant ! Cette méthode permet certes de trouver plus facilement le bouquin qu’on est sûr d’apprécier, mais elle crée aussi un clivage qui nous fait parfois passer à côté de belles créations qui ne s’arrêtent pas au genre littéraire dans lequel les éditeurs cherchent à les enfermer.

Ce roman, par exemple, pourrait plaire à un lectorat bien plus large que les seuls amateurs de SF. D’ailleurs peut-on vraiment le considérer comme tel, alors que l’ingrédient « fantastique » n’est jamais mis en exergue ? J’y vois en effet plus une réflexion sur le pouvoir et l’extrémisme religieux, même si l’auteur utilise pour cela l’artifice d’une vidéo de Jésus qui aurait été faite par un voyageur temporel.

À noter : L’affaire Jésus est le pendant d’un autre roman, Jésus vidéo. D’après Andréas Eschbach, les deux peuvent se lire indépendamment l’un de l’autre. Celui-ci commence où se termine l’autre, et se termine où il commence… N’ayant pas lu Jésus vidéo, je ne comparerais donc pas, ni ne poserais la question de l’utilité de cette démarche. Il reste que j’ai passé un bon moment avec ce roman très bien construit, à l’intrigue efficace, et qui tient en haleine tout du long.

Encore une fois, je ne peux que conseiller aux amateurs de thrillers d’oublier la classification SF et de se lancer dans ce roman à suspense de très bonne facture.

Aucun commentaire: