La rousse qui croyait au Père Noël

Suzanne Marty
Auteur auto-édité




4e de couverture :
Flamme est apprentie comédienne et célibataire.
Le 1er janvier, elle se pose un ultimatum : si elle n’a pas obtenu un seul rôle payé ou trouvé l’amour avec un grand A avant son anniversaire, elle abandonne la course aux rêves.
Car est-il raisonnable à 39 ans de croire encore au Père Noël ?


Mon avis :
On approche de Noël et, si tout va bien, d’une période plutôt joyeuse, alors voilà un petit livre qui tombe à pic !
La rousse qui croyait au Père Noël, c’est l’histoire de Flamme, une fille qui a des rêves. Comme tout le monde, me direz-vous… Oui, sauf que cette fille-là, elle essaie de les vivre, ses rêves, et cela ne lui rend pas la vie facile ! Mais de petits sacrifices en petites désillusions, elle s’accroche, bien aidée pour cela par un naturel optimiste et la conviction que tout finira bien par arriver. Mais attention ! Ce n’est pas parce qu’elle croit encore au Prince Charmant qu’on peut lui faire prendre les gens ternes pour des messies ! Notre héroïne a des principes et n’est pas prête à tomber dans les bras du premier venu. Même dans un village-vacances où la plupart des gens ne sont là que pour ça !
Finalement, s’accrocher à ses rêves, c’est peut-être aussi croire à ses convictions…

Dans un récit sans temps mort, Suzanne Marty nous entraîne dans l’univers de Flamme qui, à l’aube de la quarantaine, se demande si elle a choisi le bon chemin. Ça pourrait être pesant, c’est au contraire léger, surprenant, et le sourire ne nous quitte pas tout au long de ces quelque cent-trente pages trop vite passées. L’écriture est à la hauteur de son personnage : vive, drôle, enlevée, avec plein de petites bulles d’émotions qui pétillent joyeusement. Un verre de champagne littéraire dont on reprendrait bien une tournée… 

Aucun commentaire: