Éléna Mar


Lydie Lefèvre



4e de couverture :
Une pincée d’amis, un zeste de champagne, une mesure de musique, le tout mélangé dans un cadre festif.
Serait-ce les ingrédients nécessaires à la recette d’Éléna Mar pour oublier l’échec le son mariage ?
Humour et délires à gogo, servis sur un plateau !


Mon avis :
J’ai vu que ce livre a reçu quelques commentaires, dans l’ensemble plutôt bons. J’en suis heureux pour l’auteur, je lui souhaite de bonnes ventes… Mais désolé, je n’irai pas dans le sens général.
D’abord, ce bouquin s’adresse surtout à un lectorat plutôt féminin. Cela ne me dérange généralement pas, mais là, j’ai eu franchement du mal à m’identifier… D’autant plus que je trouve l’héroïne insupportable. On ne sait pas exactement qu’elle est son âge, mais les éléments dont on dispose nous laissent penser qu’elle est proche de la quarantaine. À partir de cette supposition, elle me paraît vraiment immature. Mais basta ! Les gens comme cela existent, il n’y a rien à en redire.
Par contre, en partie à cause de ce ressenti, je n’ai pas accroché à l’histoire. Les déboires et les petites crises existentielles de cette ado attardée ne m’ont même pas arraché un sourire. Là encore, je pourrais me montrer indulgent, me dire que cette histoire ne me convient pas, qu’il y a eu erreur de casting… Mais il n’y a pas que ça ! L’écriture n’est qu’un enchaînement de phrases courtes, voire très courtes, donnant au récit un rythme saccadé, à la longue assez dérangeant. Si l’auteur a voulu indiquer par ce biais que son personnage vit à cent à l’heure, c’est réussi ! Mais pourquoi infliger aux lecteurs autant de stress ? À aucun moment, on n’a le temps de souffler, même lorsqu’il s’agit de scènes qui mériteraient un tempo plus lent. Et parmi les rares phrases dont le nombre de mots dépasse la dizaine, certaines sont gâchées par une ponctuation approximative.
Je terminerai en disant que pour moi, le ratio de dialogues et de parties descriptives est trop déséquilibré. On a l’impression de passer d’une engueulade à une dispute, d’une scène à une autre, sans toujours comprendre si l’on est le même jour ou si une semaine s’est écoulée entre les deux événements. Ajoutez à cela ces phrases trop courtes dont je parlais, et cela donne l’impression de beaucoup d’ossature, sans vraiment beaucoup de chair autour.

Bref, pour moi, une vraie déception.

Aucun commentaire: