Conversassions criminelles

Evan Hunter
Traduit de l'américain par Daniel J. Mailliard
Date de sortie : 1994



4e de couverture :
Dans la ronde de l'argent, du sexe et du pouvoir.
Un magistrat, un criminel. Un époux, un amant. Deux hommes doublement ennemis. Entre eux, Sarah.
Mère de famille le soir, maîtresse l'après-midi, professeur dans une université de New York le reste du temps, Sarah vit la passion de l'adultère. Mais elle ignore le secret de la chambre où elle trouve, jour après jour le plaisir. Alors que son amant est à la tête d'un trafic de drogue, son mari enquête sur celui-ci et la chambre est truffée de micros. Lorsqu'elle le découvrira, il sera trop tard…

Mon avis :
Evan Hunter est plus connu des amateurs de suspens sous le nom d'Ed McBain. Ces derniers ne seront donc pas surpris si je leur dis que Conversations criminelles est un roman à suspens… Et s'ils connaissent aussi Ed McBain en tant que scénariste, je ne les étonnerais pas plus en leur disant que ce roman est construit comme un film à suspens ! Et comme Ed, ou Evan, c'est comme vous voulez, n'est pas le dernier de la classe, dans ce domaine, vous vous en doutez, c'est super bien ficelé ! Tellement bien, qu'on voit le film, en lisant le bouquin.
Sauf que justement, à la sortie, je me dis que j'aurais préféré voir le film, plutôt que lire le livre.


Attention ! Je ne dis pas que le livre est mauvais, je ne parle que de mon ressenti. Et celui-ci est que les scènes qui prendraient une certaine dimension sur un écran sont parfois un peu trop descriptives sur le papier, ce qui confère à l'ensemble un rythme qui, à mon goût, est souvent un peu lent.
D'ailleurs la plus grande partie de l'intrigue est construite autour de l'évolution de la relation entre Sarah et son amant, chef d'une famille mafieuse, avec en contrepoint l'avancée de l'enquête menée par l'équipe de policiers dirigée pas Mikael, le mari de Sarah. Ce n'est qu'au dernier quart du récit que les choses s'emballent un peu, après l'inévitable découverte de cette relation adultérine.
Si ce côté un peu lent ne m'a pas vraiment séduit, il est certain que d'autres l'apprécieront, d'autant que, à la façon dont la psychologie des personnages et leur relation sont traitées, j'ai même trouvé un petit goût Hitchcockien à ce roman.


Pour les amateurs du genre…

Aucun commentaire: