Dernières nouvelles de la Terre

Pierre Bordage

 

 


L’auteur :
Pierre Bordage est né le 29 janvier 1955, en Vendée. C’est un auteur de science-fiction français qui rencontre le succès avec sa trilogie : « Les guerriers du silence », sortie en 1993 (pour le premier volume) aux éditions de l’Atalante.
Auteur d’une quarantaine d’ouvrages, il est rapidement reconnu par la critique littéraire comme l’un des principaux acteurs du renouveau de la science-fiction française, genre jusqu’alors dominé par les Anglo-saxons.
Bien qu’écrivain de science-fiction, il donne plus de place à ses personnages qu’à la science ou la technologie. Ses écrits sont d’une profonde humanité, parfois inspirés des épopées et des mythologies du monde entier. Souvent empreints de spiritualité, ils dénoncent également le fanatisme ou les abus du pouvoir politico-religieux.
Pierre Bordage a reçu de nombreux prix littéraires, dont le Grand Prix de l’Imaginaire (1993) et le Grand Prix Paul Féval de Littérature Populaire (2000).

4e de couverture :
N’est-il pas trop tard ? Pour faire un enfant, pour revoir les siens après trente ans de vie extraterrestre, pour dire non à la guerre et à l’endoctrinement… Dans les mondes où nous projette Pierre Bordage, la dégradation de l’espèce humaine et de la Terre a atteint son apogée. Se rebeller c’est mourir, au mieux se venger.
Comment respirer, comment sortir de « notre insondable prison » ?
Pierre Bordage nous offre, en guise d’évasion, une nouvelle noire, une version de la quête de Perceval digne d’un jeu vidéo, un récit de pirates, une nouvelle historique où il campe Jules Verne enfant. Seuls les conteurs peuvent faire en sorte que « la minuscule planète bleue perdue dans un bras spiral de la Voie lactée » ne quitte pas les mémoires.

Mon avis :
Pierre Bordage, à travers ces quatorze nouvelles, nous propose une vision assez sombre de l’avenir de l’humanité. Le futur proche, avec « On va marcher sur la lune » ou « Une plage en Normandie », ou beaucoup plus lointain, comme dans « Le regard des miens » ou « Dernières nouvelles de la terre », celle qui donne son titre à ce recueil. Il nous entraîne aussi dans des mondes imaginaires, où les représentants de l’espèce la plus évoluée ne ressemblent plus vraiment à l’homo sapiens. Dans « En chair » et « Traces », l’homme a subi des mutations, dans « La nuit des trois veilleurs », nous découvrons une autre civilisation… « Son nom est Personne » nous ramène dans le passé, lorsque Jules Verne était enfant, alors que « Mauvaise nouvelle » est une histoire d’aujourd’hui.
Voilà de quoi découvrir une large palette du talent de ce conteur. Pierre Bordage raconte bien et sait se diversifier, même si tous ces récits, à part « Mauvaise nouvelle », reste du domaine de la science-fiction ou du fantastique, voire de la fantasy, comme avec « Le chant de l’esgasse ».
Chacun, selon ses goûts, aura son titre préféré, mais personnellement, je trouve que c’est dans ses récits les plus noirs que Pierre Bordage développe le plus la poésie de son univers.
Un auteur que tous les amateurs de littérature de l’imaginaire devraient connaître.

Aucun commentaire: