Apparences

Lydia Le Fur






4e de couverture :
Qui est Liza ? Qui est cette jeune artiste peintre parisienne qui s’apprête à prendre l’avion pour New York où l’attend son exposition ? Pourquoi veut-on la tuer ? De Paris à Oxford, en faisant escale à New York, suivez les pas de la belle et pétillante Liza, accompagné de Thomas, un homme plein d’humour aux multiples facettes. Méfiez-vous ! Ne vous fiez pas aux apparences !


Mon avis :
Depuis que je lis des auteurs indépendants, il m’est arrivé plus d’une fois de tomber sur de bonnes histoires racontées avec un certain talent, mais écrites avec le pied gauche… L’inverse est plus rare.
Lydia Le Fur possède sans aucun doute une belle maîtrise de la langue ; elle sait brosser un paysage d’un trait de plume vif et imagé, dans un style personnel ; de plus, elle ose parfois quelques audaces tout à fait réjouissantes. J’aurais tellement aimé que son récit soit à la hauteur de son éloquence…
Même dans la fiction la plus débridée, le conte le plus farfelu, un texte est réussi lorsque le lecteur croit aux personnages et à ce qu’ils vivent. Quand on lit Le seigneur des anneaux, on sait bien que les hobbits, les orques, les elfes et autres créatures n’existent pas, mais l’auteur les rend crédibles. Tolkien crée un monde et en écrit la partition sans aucune fausse note. Dans le roman de Lydia Le Fur, dès la première scène, la situation et les réactions de l’héroïne ne sonne pas juste. À ce moment, on se dit que la suite va apporter des éclaircissements et que cette gêne va disparaître… mais non ! La jeune artiste peintre continue à être « à côté de la plaque » et rien de ce qu’on apprendra plus tard ne justifie de tels décalages. Les autres personnages ne sont pas plus crédibles (bien que sympa et originaux, pour ceux qui protègent Lysa). Seul, le tueur gagne un point d’explication, dans les dernières pages du roman, un final d’ailleurs assez bien réussi, malgré le manque de vraisemblance de l’ensemble.
L’idée de départ et le thème qui sous-tend ce livre ont pourtant de quoi accrocher les amateurs de thrillers d’anticipation mâtinés d’espionnage, mais on a l’impression que l’auteur manque de connaissances, aussi bien sur le monde des services secrets et ses ramifications politiques que sur les aspects scientifiques du sujet abordé. Le peu d’informations ne convainc pas, les personnages n’arrangent pas les choses. On ne croit pas plus aux scènes d’action qui ne sont pas racontées sur un rythme rapide, ce qui leur conviendrait bien, mais carrément bâclées.

Bref, malgré une écriture prometteuse, Apparences est une histoire mal racontée… d'une belle plume !

Aucun commentaire: